loading

Flash boursier

11/06/2019

L’essentiel en bref

 USD/CHFEUR/CHFSMIEURO STOXX 50DAX 30CAC 40FTSE 100S&P 500NASDAQNIKKEIMSCI Emerging MArkets
Dernier0.991.129'749.133'378.3812'045.385'364.057'331.942'873.347'742.1020'884.711'007.39
Tendance
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
%YTD0.57%-0.53%15.66%12.56%14.08%13.39%8.97%14.62%16.68%4.35%4.31%

 

En résumé :

1. Suspension des taxes douanières contre le Mexique

2. La BCE laissera son taux négatif inchangé

 

Quelques bulles pour célébrer

Les marchés boursiers déjà bien orientés en fin de semaine, les rendements obligataires faibles offrant un coussin aux tensions, peuvent maintenant célébrer la suspension indéfinie, décidée vendredi soir, de la mise en place de taxes douanières sur les importations mexicaines. Lors d’un entretien télévisé, le président américain a déclaré que la Chine finira par conclure un accord avec les Etats-Unis «car elle n’aura pas le choix». Il estime que ses menaces de taxation sont une véritable clef de réussite. Selon lui, nombre de sociétés étrangères quitteraient la Chine pour échapper aux taxes. Il est vrai que la hausse des salaires au Vietnam voisin témoigne un peu de cette migration, mais le mouvement nous parait très limité. Pendant ce temps, Pékin dit se préparer à une longue marche. Une rencontre entre Donald Trump et le président Xi Jinping, même si elle n’est pas formellement prévue, aura probablement lieu lors du G-20, les 28 et 29 juin prochain à Osaka.

Face à l’escalade potentielle des risques commerciaux, les banques centrales ont récemment émis des signaux laissant envisager des mesures d’assouplissement de leurs politiques monétaire et posé une fois de plus un filet de sécurité pour les marchés actions.

La Banque centrale européenne s’est engagée à laisser son taux négatif inchangé jusqu’au premier semestre 2020 et la banque centrale d’Australie a abaissé ses taux directeurs pour la première fois en trois ans. L’incertitude politique met une certaine pression sur la Réserve fédérale américaine (Fed). Son président Jerome Powell a promis lors d’une allocution la semaine dernière «d’agir comme approprié pour soutenir l’expansion économique». Les investisseurs ont vite conclu que la Fed était prête à abaisser son taux d’intérêt d’intervention et ceci rapidement, lors de sa réunion de juillet. La courbe des rendements des bons du Trésor US prend désormais en compte une baisse de taux de 75 points de base d’ici à fin 2019. Le rôle de la Fed est bien d’amortir les chocs économiques. Les créations d’emplois ont fortement ralenti en mai (+75’000) et les estimations des mois précédents ont été révisées en baisse de 75’000. La progression des salaires horaires (+3.1% sur un an) a aussi été moindre qu’attendu, suggérant un ralentissement de croissance. Mais le fait que la courbe soit inversée et une éventuelle coupe de taux ne veulent pas forcément dire que la récession guette au coin de la rue. La conjoncture américaine reste solide et nous semble encore avoir de l’élan.

 

Alphabet INC (ISIN : US02079K1079, prix : USD 1’080.-)

logo-titre1

Le cours d’Alphabet s’est inscrit en forte baisse depuis début mai (-15%) suite à des perspectives de chiffre d’affaires et bénéficiaires décevantes et à des craintes récurrentes de mesures de régulation anti-trust.

Plus de 50% des revenus hors Etats-Unis concernent les dépenses de publicité. Hors la prudence est actuellement de mise chez les annonceurs vu le ralentissement de la croissance économique mondiale et le climat de guerre commerciale. On observe par ailleurs une montée des critiques de la part de politiciens (aussi bien Républicains que Démocrates) et d’entreprises concernant le pouvoir des «big techs». Des mesures anti-trust pourraient cibler en particulier les modèles d’affaires basés sur la collecte des données des consommateurs.

En 2013, la Federal Trade Commission avait lancé une enquête sur les pratiques de Google, qui s’est terminée sans donner suite. Les européens ont quant à eux condamné Google en 2018 pour violation de la loi antitrust sur la publicité en ligne. Au total, il y a pour 15 milliards d’euros d’amendes, encore loin d’être réglées. Si le département de la Justice américain ouvrait aussi un cas antitrust sur Alphabet INC comme plateforme dominante et non réglementée, il devrait déterminer si des pratiques non-concurrentielles pénalisent le consommateur ou les concurrents. C’est une lourde et longue tâche, qui ouvrirait le débat sur la valeur économique des données personnelles des utilisateurs. Ces derniers ont en effet accès gratuitement au moteur de recherche de Google.

Nous estimons que le titre Alphabet est relativement bon marché. Le ratio cours/bénéfice se situe au-dessous de sa moyenne historique à 5 ans et reflète déjà le risque macro-économique et réglementaire. Il faut s’attendre à une décélération de la croissance et à une compression des marges bénéficiaires à horizon court-terme. Mais à long terme le stockage cloud, le commerce en ligne et la publicité mobile ont encore le vent en poupe.

 

Télécharger le Flash Boursier en format PDF

 

Ce document, purement informatif, se base sur des informations récoltées auprès de sources considérées comme fiables et à jour, sans garantie d’exactitude ou d’exhaustivité. Les marchés et produits financiers sont par nature sujets à des risques de pertes importants qui peuvent s’avérer incompatibles avec la tolérance au risque du lecteur. Les performances passées reflétées cas échéant dans ce document ne sont pas des indicateurs de résultats pour le futur. Ce document ne constitue pas un conseil ou une offre d’achat ou de vente de titres ou de quelque produit financier que ce soit à l’intention du lecteur et n’engage ainsi en aucun cas la responsabilité de la Banque. La Banque se réserve le cas échéant le droit de s’écarter des avis exprimés dans ce document, notamment dans le cadre de la gestion des mandats de ses clients et de la gestion de certains placements collectifs. La Banque est une banque suisse soumise à la surveillance et à la réglementation de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Elle n’est ni au bénéfice d’une autorisation, ni surveillée par un régulateur étranger. Par conséquent, la diffusion de ce document hors de Suisse, comme la vente de certains produits à des investisseurs résidents ou domiciliés hors de Suisse, peuvent être soumis à des restrictions ou à d’éventuelles interdictions en vertu de lois étrangères. Il incombe au lecteur de se renseigner quant à son statut à cet égard et de respecter les lois et règlements qui le concernent. Nous vous conseillons de consulter des conseillers professionnels qualifiés notamment en matière juridique, financière et fiscale pour déterminer votre position par rapport au contenu de la présente publication.